La correction optique par lunettes

La correction par verres correcteurs (lunettes) est adaptée aux kératocônes débutants

La prescription de lunettes est souvent difficile.

Les lentilles souples hydrophiles

La correction par lentilles souples hydrophiles est adaptée aux kératocônes minimes ou modérés. Les lentilles souples peuvent être également utilisée en mode « piggy back » pour servir de support et augmenter le confort d’une lentille rigide.

Les lentilles flexibles (semi-rigides) perméables au gaz

La correction par lentilles flexible est adaptée aux kératocônes plus avancés. La lentille de contact est le mode de correction classique du kératocône, mais il ne faut pas adapter trop tôt, quand la solution par lunettes est acceptable, c’est à dire donnant une bonne acuité visuelle. Lorsque la partie périphérique de la cornée non atteinte par le cône, présente des déformations astigmates, on a atteint les limites de la correction par lunettes. L’entretien des lentilles doit être très strict. La sécrétion lacrymale est souvent perturbée, les larmes sont rares et de qualité médiocre. Quand le kératocône est décentré par rapport au centre de la cornée, l’adaptation des lentilles devient assez difficile.

L’orthokératologie

L’orthokeratologie consiste à modifier la forme de la cornée en adaptant une lentille rigide perméable au gaz intentionellement trop « serrée” à porter la nuit. Ceci permet d’obtenir un applatissement significatif du centre de la cornée. Le rôle de l’orthokératologie pour la correction du kératocône a été suggéré, mais il s’agit d’une technique encore en cours d’évaluation.

Les lentilles sclérales

La correction par lentilles sclérales est réservée aux kératocônes très avancés.

Peut-on corriger chirurgicalement la myopie ou l’astigmatisme dans le kératocône ?

Le kératocône constitue l’une des principales contre-indications au Lasik.

Il est nécessaire d’en faire un dépistage précoce chez tous les candidats à la chirurgie de la myopie. Ceci est d’autant plus important que la proportion de patients porteurs d’un kératocône infra clinique est plus importante chez les candidats à la chirurgie réfractive.(Wilson and Klyce 1994)

La correction chirurgicale de la myopie ou de l’astigmatisme reste possible par d’autres méthodes

  • le laser excimer de surface (PKR, PTK),
  • les implants phakes,
  • la chirurgie du cristallin,
  • les anneaux intracornéens ou
  • la greffe de cornée perforante ou lamellaire.