La déformation cornéenne induite par les lentilles de contact

Le Corneal Warpage (déformation induite par les lentilles de contact) est la conséquence de la contrainte mécanique exercée sur la cornée par une lentille de contact rigide, flexible ou plus rarement souple hydrophile.

Cette contrainte induit une déformation caractéristique par la présence d’un applatissement central séparant deux zones de bombement cornéen excessif.

Cette déformation régresse après l’arrêt du port de la lentille de contact. Cette régression survient parfois après plus de 6 mois !

Il est important de ne pas porter prématurément le diagnostic de kératocône chez les porteurs de lentilles de contact. L’examen de la topographie cornéenne ne peut être interpérété qu’après un arrêt du port de lentille de

  • 4 à 8 jours pour les lentilles souples
  • 8 à 15 jours pour les lentilles flexibles ou rigides

Parfois le warpage cornéen révèle un authentique kératocône infraclinique.

Le Kératocône postérieur

Il s’agit d’une atteinte cornéenne rare, non inflammatoire, considérée habituellement comme une anomalie du développement et la similitude terminologique de leur désignation est sûrement pour beaucoup dans les problèmes diagnostiques avec le kératocône.

Le kératocône postérieur peut adopter deux formes : totale ou localisée. Il se présente comme une augmentation de courbure de la face postérieure de la cornée avec amincissement tandis que la surface antérieure est normale.

Il s’agit en général d’une affection congénitale unilatérale bien que des cas bilatéraux ou post-traumatiques aient été décrits.

Le kératocône postérieur est très souvent associé à d’autres anomalies oculaires touchant notamment le segment antérieur. Cette affection est en règle générale considérée comme une variante d’anomalie de clivage de la chambre antérieure.

La Maladie de Terrien

Il s’agit d’une dégénérescence d’origine inconnue accompagnée d’un amincissement non inflammatoire de la cornée périphérique. Cet amincissement présente quelques caractéristgiques classiques

  • dépôts lipidiques le long de la berge centrale de l’amincissement
  • vascularisation minime du lit de l’amincissement
  • ectasie de la berge centrale qui peut donner une image topographique pseudokératocônique