LA CHIRURGIE DE LA MYOPIE FORTE

Un acte techniquement exigeant

La correction chirurgicale des myopies fortes est un acte techniquement exigeant, particulièrement transformant pour le pa1ent et gratifiant pour le chirurgien lorsque les risques spécifiques en sont bien maitrisés.
La myopie forte est source d’un handicap visuel et social qui affecte profondément la qualité de vie des patients. La suppression ou la réduction de la dépendance vis-à-vis d’une correction op1que extérieure souvent coûteuse, très inesthétique en lunettes ou inconfortable en lentilles, est vécue par ces patients comme une véritable “délivrance” ou “renaissance”.

La correction chirurgicale de la myopie forte par les méthodes adaptées apporte également dans la tores grande majorité des cas, une amélioration majeure de la fonction visuelle, liée au grandissement de l’image, à la suppression de l’effet pris- matique et à l’accroissement du champ visuel. L’amélioration de la qualité de vie qui en résulte excède souvent les attentes du patient et de l’ophtalmologiste traitant. Les patients évoquent tous le soulagement d’une anxiété fondamentale qui a accompagné toute leur vie (surveiller ses enfants, sortir d’une maison en feu, retrouver la plage après une baignade, etc.).
Dans le cas particulier de la myopie forte unilatérale (anisométropie de haut degré), la chirurgie est une solution particulièrement indiquée, très efficace, qui permet souvent de réhabiliter l’utilisation de l’œil éventuellement amblyope.
En revanche, l’utilisation de méthodes inadéquates ou d’une mise en œuvre imparfaite peut entraîner des complications optiques ou anatomiques particulièrement difficiles à traiter.
La myopie forte reste de ce fait une indication réfractive spécifique plutôt réservée à des praticiens expérimentés très spécialisés.

Trois méthodes de correction ablative cornéenne de la myopie :
Trois méthodes de correc1on ablative cornéenne de la myopie sont possibles jusqu’à – 8,00 D, si la pachymétrie, la topographie et la pupille mésopique le permettent :
• Femto Lasik (Lasik et epiLasik n’apportent pas un avantage réel)
• PKR avec mitomycine
• Smile Relex au laser femto- seconde (Visumax Zeiss Medi- tec)

L’efficacité de ces méthodes semble équivalente, mais limitée à partir de 8 dioptries :
Une méthode de chirurgie additive par implant phake de chambre postérieure (icl visian staar) est actuellement la meilleure solution réfractive au-delà de -8 D ou en cas de pachymétrie, de topo- graphie ou de pupillométrie défavorables à la chirurgie cornéenne.
La sécurité est devenue optimale avec les multiples améliorations de l’implant et de la procédure depuis 20 ans (environ 720 000 implants posés) (Fig. 10). Les chirurgiens spécialisés sont obligatoirement certifiés pour la procédure ICL Visian par le laboratoire fabriquant.

Le Dr Michael Assouline chirurgien ophtalmologiste répond aux questions sur le forum de discussion