Forme typique

a) Période de début: elle correspond à la phase préptérygiale. Cette période passe souvent inaperçue, avec parfois des signes de conjonctivite banales: brûlures oculaires, sensation de corps étranger, larmoiement, et une hyperhémie (rougeur) conjonctivale. Cette période se déroule le plus souvent entre 10 et 20 ans.

b) Période d’Etat: marquée par des troubles visuels et le développement apparent du ptérygion en trois parties: la tête, le col et le corps.

      • La tête: c’est la partie cornéenne la plus avancée du ptérygion, de forme arrondie ou pointue, elle est constituée par un bourrelet saillant et fortement adhérent à la cornée.
      • Le col: fait suite à la tête. Il correspond aux limites limbiques en séparant partie cornéenne et conjonctivale.
      • Le corps: s’étend en éventail en direction du repli semi-lunaire et de la caroncule.

Au biomicroscope, on peut voir dans le tiers superficiel de la cornée, au devant de la tête du ptérygion, une bande gris-blanchâtre s’étendant le long de ses bords appelées “zone progressive de Fuchs”. Au devant de cette bande, on peut voir de petits îlots de mêmes couleurs dénommés “îlots de Fuchs”. Plus ils sont nombreux, plus la lesion est évolutive. S’il existe un arc sénile au niveau de l’oeil atteint, il peut être repoussé, empiété, voire interrompu par cette zone progressive. Il existe également en avant de la tête des ulcérations cornéennes pontuées prenant la fluorescéine. Leur présence signe l’évolutivité de la lesion. La vascularisation, toujours abondante, se dirige à partir du canthus, perpendiculairement au limbe, à l’inverse de la vascularisation conjonctivale normale, qui elle, est parallèle.

Formes cliniques.

  • Le ptérygion stationnaire: peu saillant, son corps est mince et atrophique. Les vaisseaux sont peu nombreux et paraissent peu actifs. La zone de Fuchs est peu importante. L’épreuve des colorants est négative. On le retrouve souvent chez les personnes âgées.
  • Le ptérygion progressif: il est d’aspect saillant et charnu. La zone progressive de Fuchs est souvent marquée, avec une tête dentelée, large, précédée d’îlots de Fuchs prenant la fluoresceine. Il existe souvent des signes fonctionnels, une progression ou une modification de l’astigmatisme, élément en faveur de l’évolutivité du ptérygion: c’est le propre du sujet jeune.
  • Le ptérygion malin: c’est une forme très envahissante, avec extension rapide vers le centre de la corné. Elle s’accompagne de signes physiques importants. Le ptérygion malin s’observe surtout dans les pays tropicaux ou lors de récidives post opératoires.